Les mitochondries, le coeur de notre énergie!

De: Christian Roche Sujet : SANTE Date: Commentaire: 0 Succès: 1425

Mitochondries? Connaissez-vous cette petite bête?

Imaginez si vous pouviez trouver une solution globale permettant d’améliorer votre métabolisme, augmenter votre niveau d’énergie, être capable de penser avec plus de clarté, vous sentir bien, plus en forme.

Imaginez qu’il soit possible de soulager fatigue, fibromyalgie, prévenir le diabète, les maladies cardiovasculaires, la maladie de Parkinson, l’Alzheimer, les problèmes de dégénérescence et de vieillissement…

Imaginez en somme qu’il soit possible d’identifier la véritable cause du processus de vieillissement et de retarder ce processus de façon globale.

Une des voies de recherche les plus actuelles pour trouver des solutions à toutes ces espérances légitimes concerne une toute petite structure cellulaire, la mitochondrie.

Mitochondries, source de jouvence et d’immortalité…?

La mitochondrie est un « petit être très sensible »! Et quand elle ne fonctionne plus correctement, la baisse de vitalité, la perte de mémoire, les douleurs, le vieillissement accéléré, nous affectent. La raison est reliée à son rôle clé. Celui de transformer les nutriments, la lumière qui nous illumine et l’oxygène en énergie. Sur le plan moléculaire en ATP. Donc en « actes vitaux », en processus de défenses immunitaires, en systèmes de réparation cellulaire. D’ou cette maxime, « la mitochondrie, c’est la Vie »!

L’être humain possède 10 000 milliards de mitochondries qui fabriquent chaque jour plusieurs kilos d’ATP, presque l’équivalent du poids corporel de l’individu, soit en moyenne entre 40 et 70 kg. La biologiste russe Tina Karu a découvert en 1995 (recherche en médecine spatiale), que la synthèse de l’ATP se réalise grâce à une enzyme, la cytochrome C oxydase. Et ceci à partir d’un mécanisme physique lié à la lumière: dès qu’un photon arrive sur l’enzyme cytochrome, un ATP est synthétisé ! Pour que la lumière fabrique de l’énergie (un peu à la façon l’énergie solaire), il est nécessaire d’apporter des « capteurs transformateurs » (des panneaux solaires), en particulier des molécules absorbant cette lumière. Sur des fréquences précises. Ces molécules sont des pigments; les pigments que l’on trouve dans une alimentation riche en couleur. Ce sont de véritables « relais d’absorption et de transformation » de ces impacts lumineux et ce sont des clés de la conservation et de l’optimisation des fonctions mitochondriales. Car en plus, ces pigments sont protecteurs. On les trouve dans les fruits, les plantes, les épices, les légumes et l’équilibre oxydant/antioxydant est également la clé d’une santé optimale et des mécanismes anti-âge, la garantie d’une longévité mitochondriale, et donc la garantie d’une cellule préservée.

La mitochondrie, une colonisatrice pacifiste?

La mitochondrie est donc à l’interface entre la lumière, les nutriments, l’oxygène et l’ADN. Or l’histoire est presque mythique. Il y a plusieurs millions d’années, une bactérie est venue coloniser la cellule eucaryote. Une bactérie a envahi nos cellules! Sacrilège ! Du coup, une vie symbiotique, faite d’acceptation réciproque s’est organisée pour modeler le vivant. Quelle leçon de réconciliation ! Une raison supplémentaire de préserver l’intégrité fonctionnelle de nos mitochondries en mémoire de cet acte héroïque !?

Pour les remercier, nourrissons les !

Si la mitochondrie n’est pas nourrie correctement et donc protégée, si les pigments qui font l’interface entre lumière et ATP sont en quantité et surtout en qualité insuffisante, un cercle vicieux s’installe avec destruction de l’ADN mitochondrial, diminution des capacités de production de l’ATP, stress oxydant, destruction de l’ADN cellulaire, puis de la cellule et enfin des tissus extracellulaires, donc des organes.

Or la question fondamentale de cette intégrité fonctionnelle concerne le véritable mécanisme de fonctionnement mitochondrial (mécanisme énergétique et quantique, photonique et pigmentaire, nutritionnel) méconnu ou mis au second plan dans le monde de la biologie classique. Cela nous conforte sur le fait que les systèmes de prévention et de thérapie des maladies de civilisation devaient s’inspirer des mécanismes naturels, et dans ce cas, des processus qui permettent aux mitochondries de bien fonctionner.

Informations, liens et bibliographie en référence à l’article.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22424226,

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17051205,

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23562877

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22399429

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9714734

http://www.behavioralandbrainfunctions.com/content/5/1/46 

Commentaires

Laissez vos commentaires

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire

Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous à la place Oppure Réinitialiser le mot de passe